Le monde du travail évolue rapidement. Les collaborateurs ont de plus en plus de contrôle sur leur façon de travailler, leurs horaires et leur lieu de travail. Nécessairement, l’environnement de travail moderne doit changer radicalement, par rapport à l’époque où le travail se déroulait à heures fixes, dans un et même lieu.

Donnez votre avis sur le futur en 3 questions !

A quoi ressembleront nos bureaux en 2030 ?

Voilà une question à laquelle il peut paraître difficile de répondre de prime abord. En réalité il est possible d’y apporter des réponses rationnelles.

Comment ? En s’appuyant sur les principales tendances qui sont susceptibles d’impacter le monde du travail : En effet, trois variables structurantes s’observent aujourd’hui et seront déterminantes pour l’avenir : les travailleurs indépendants, les transports et les technologies.

Explorons ensemble le champs des possibles

Un tel exercice de prospective n’a pas pour but de prendre parti ou de présenter nos convictions, mais plutôt d’explorer le champs des possibles, de façon cartésienne.

Tout d’abord, l’essor des travailleurs indépendants en France est un phénomène à considérer sérieusement. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : plus d’un million d’entreprises ont été crées en auto-entreprenariat depuis l’instauration de ce régime en 2009, et ce n’est pas près de s’arrêter – 19 millions de français rêvent de créer leur entreprise. Même si pour le moment seulement 15% de la population active française est concernée, le travail indépendant deviendra-t-il la norme à l’avenir ?

Dans l’hypothèse de l’avènement du modèle free-lance, l’utilisation faite de l’espace de travail ne sera sans doute pas la même, et le coworking sera de plus en plus fréquent. Cette tendance s’observe déjà : 10 nouveaux centres de coworking ouvrent chaque jour dans le monde. Mais il est tout à fait possible que cela demeure un statut relativement marginal, et qu’un pays comme la France conserve un haut niveau de salariat.

La congestion des transports impactera aussi le bureau de demain

Ensuite, l’évolution de la congestion aura aussi un impact sur les bureaux de demain : aujourd’hui, le trafic s’intensifie, les villes s’agrandissent et il est de plus en plus compliqué de se rendre sur son lieu de travail, ce qui limite les possibilités de collaborations. Par conséquent, le homeworking et le télétravail se développent, permettant ainsi d’économiser temps et argent. Des télécentres apparaissent, offrant un cadre de travail plus approprié et stimulant.

A l’inverse, certaines entreprises préfèrent excentrer leurs sièges sociaux, qui sont de véritables villages miniatures, à l’instar du siège de Google. Le partage des mobilités et l’essor de la voiture autonome suffiront-elles à décongestionner nos agglomérations ? Les investissements publics seront-ils suffisants pour revenir à des transports fluides et rapides ?

A quand le techno-ras-le-bol ?

Enfin, l’avancée des technologies permet de travailler différemment. Il est en effet désormais possible d’échanger en temps réel avec n’importe qui dans le monde. En conséquence, de plus en plus d’employés peuvent travailler de leur domicile, tout en étant en contact permanent avec leur collègues et managers. Il est possible qu’à l’avenir les outils de travail collaboratif à distance se soient démocratisés, que le web 3D et la télé-présence permettent d’échanger, pour un coût modique, avec une expérience comparable à celle d’une rencontre réelle.

Pour autant l’utilisation des technologies peut-elle avoir ses revers ? Arriverons-nous à un techno-ras-le-bol et retournerons-nous vers des modes de travail plus traditionnels, authentiques ?

3 variables, 8 possibilités… Stonup a exploré pour vous les futurs du bureau, que nous vous laissons découvrir dans notre étude et n’oubliez pas de donner votre avis !

Les principaux résultats :

L’étude complète :