Filippo_Rean
Le MIPIM PropTech Europe aura lieu le 20-21 Juin 2018 au Palais des Congrès de Paris, et Stonup est partenaire de cette première édition européenne. En attendant de retrouver Cyril sur scène et notre équipe sur le salon, nous avons échangé avec Filippo Rean – Directeur de la division Immobilier de Reed MIDEM, pour évoquer l’avenir du salon et du secteur immobilier…

M. Rean, après plusieurs éditions du MIPIM, pourquoi un salon dédié à la proptech ?

Depuis 1990, le MIPIM s’est imposé comme le grand rendez-vous annuel des professionnels de l’immobilier du monde entier. Le MIPIM est une véritable place de marché qui favorise le dialogue entre professionnels de toute la chaine de valeur de l’immobilier et apporte un éclairage nouveau sur l’actualité du secteur au niveau international et les nouvelles opportunités.

Le MIPIM s’intéresse depuis de nombreuses années aux impacts de la révolution numérique sur l’industrie immobilière, convaincu que notre société change de paradigme et que l’immobilier n’échappera pas à cette nouvelle donne. Cela s’est traduit notamment par la création, en 2013, d’un pavillon dédié aux entreprises technologiques : le MIPIM Innovation Forum, puis par la mise à l’honneur de la « Révolution digitale » comme thématique du programme de conférences en 2015.
Enfin, nous avons lancé l’an dernier à New York un événement dédié à la proptech, le MIPIM PropTech NYC, qui a été très bien accueilli, et nous continuons cette année avec le lancement du MIPIM PropTech Europe les 20 et 21 juin à Paris.

Aujourd’hui, l’importance de la technologie dans l’immobilier est évidente tant pour les sociétés immobilières que pour les sociétés tech. Les enjeux sont d’autant plus colossaux que l’immobilier est l’un des plus grands secteurs de l’économie mondiale, en conséquence l’un de ceux qui peut offrir le plus d’opportunités aux sociétés de la tech et aux investisseurs en Capital Venture qui commencent à investir dans ce domaine.

Avec le MIPIM PropTech, notre ambition est de créer un lieu qui contribue à forger un langage commun entre tous les acteurs qui réfléchissent à la ville de demain, issus du secteur de l’immobilier ou et de celui des nouvelles technologies. Notre rôle sera de favoriser les contacts, les échanges, les partenariats et la mise en valeur de nouvelles solutions.

MIPIM PROPTECH EUROPE

Comment envisagez-vous le développement de MIPIM Proptech ?

Après New York l’an dernier, nous lançons cette année le MIPIM PropTech Europe à Paris, il est un peu prématuré de parler de nouveaux lancements pour le moment. Cependant, il faut noter que nous organisons depuis 3 ans maintenant la Startup Competition qui met à l’honneur les startups les plus prometteuses et innovantes pour faire évoluer l’écosystème de l’immobilier. L’édition 2018 va faire étape dans trois hauts-lieux de la proptech : New York, Londres et Hong Kong pendant les MIPIM organisés dans ces pays.

L’émergence de la proptech pousse-t-elle l’immobilier à se tourner vers la R&D pour développer ses propres technologies ?

Les grands groupes immobiliers sont nombreux actuellement à intégrer dans leur structure des nouvelles technologies ou à investir dans des startups. Il est important de noter que tous ces groupes se dotent de départements innovation dont le rôle est d’intégrer les nouvelles technologies dans leur activité. Les incubateurs qui sont créés par ces groupes sont aussi un bon moyen de se positionner à la source de l’innovation.

La technologie prend de plus en plus de place, après les vagues fintech, edtech; elle investit l’immobilier à chaque bout de la chaîne – de la proptech à la maison connectée… Selon vous, quelles sont les technologies qui impactent le plus le secteur immobilier ?

La proptech recouvre les technologies nouvelles qui répondent aux besoins de l’immobilier. Ce dernier est face à une nouvelle frontière qui intègre à la fois une révolution technologique mais aussi une évolution des besoins des utilisateurs des bâtiments, et plus largement de la ville. Il existe une réelle convergence entre la révolution numérique et les évolutions sociétales car ces dernières se nourrissent de technologie.

La grande opportunité qui s’offre aujourd’hui à l’immobilier est de pouvoir s’appuyer sur le numérique et le digital pour intégrer et répondre aux nouvelles attentes des utilisateurs de la ville de demain.

Parmi les technologies qui ont un impact sur l’immobilier, le big data est certainement la plus présente car les données sont désormais récupérées et valorisées à tous les niveaux de l’immobilier, de la construction à la gestion d’un immeuble, jusqu’à l’analyse des investissements. Ainsi l’analyse des données livre aux gestionnaires de biens immobiliers des outils qui leur permettent d’optimiser la gestion de leurs biens. La disponibilité et l’analyse des données liées aux immeubles permettent aussi de plus en plus de placer l’utilisateur final au centre des métiers de l’immobilier. A l’échelle de la ville, le big data apporte une nouvelle dimension à la planification urbaine. L’analyse des données permet par exemple de quantifier et de cartographier les flux journaliers de population ou d’identifier l’adéquation entre le nombre d’enfants par quartier et celui des écoles, et ainsi mieux prévoir les infrastructures et l’emplacement des constructions. Ainsi l’utilisation et l’exploitation de la data transforment les métiers de l’immobilier car ils font appel à de nouvelles compétences.

Le BIM (Building Information Modeling) est une technologie qui peut jouer un rôle décisif dans l’immobilier car il permet à tous les professionnels impliqués dans  la réalisation d’un immeuble – architecte, bureau d’études, société de construction, prestataires, client final – de travailler sur une même plateforme d’information et une même maquette 3D. Il devient de plus en plus sophistiqué et intègre désormais des données recueillies à partir des comportements des utilisateurs afin de concevoir des espaces et des bâtiments plus adaptés. Tout au long de la vie de l’immeuble, cette maquette virtuelle doit donc être mise à jour. Le big data vient se greffer à la maquette pour mieux connaître la vie du bâtiment et de ses utilisateurs et permettre ainsi une gestion prédictive.

L’internet des objets ou IoT (Internet of Things) est aussi une technologie importante car elle peut avoir un impact direct sur le confort des utilisateurs qui peuvent mesurer ou contrôler à distance des infrastructures et donc ajuster au mieux leur fonctionnement aux besoins. C’est le cas par exemple des systèmes de chauffage, de climatisation ou d’éclairage, permettant au passage de faire des économies d’énergie. L’internet des objets couplé à l’intelligence artificielle permet aussi, grâce aux capteurs de données en temps réel, d’assurer la maintenance prédictive de tout ou partie de l’immeuble.

Les technologies liées à la finance, telles que la blockchain, font leur entrée dans le monde de l’immobilier et de son financement, mais il est encore trop tôt pour en évaluer leur impact.

Selon vous, comment l’appétence des grands groupes vis-à-vis de la Proptech va-t-elle évoluer dans les années à venir ? Pourrait-on voir certains acteurs de l’immobilier développer leurs propres technologies ?

Le secteur de la proptech est sorti de l’ombre. Cela est manifeste notamment lorsque l’on regarde la véritable envolée des levées de fonds pour ce secteur ces dernières années, notamment en 2017, avec plus de 12 Mds$ selon Venture Scanner, et près de 8 Mds$ en 2016.

Fifth Wall Venture websiteDes investisseurs traditionnels en immobilier ainsi que des acteurs de l’immobilier commencent ainsi à investir dans le secteur de la PropTech. Pour ces derniers, c’est un moyen d’accélérer l’intégration de la technologie dans leur activité, mais également de faire entrer dans l’entreprise une culture de l’innovation et du changement. Ces sociétés investissent dans le secteur de la PropTech soit directement, soit indirectement via des fonds de capital-risque. Ainsi, en 2017, CBRE, Prologis, Hines, Lennar, Equity Residential et d’autres acteurs de l’immobilier ont investi environ 110 M$ dans le fonds de capital-risque dédié à la PropTech, Fifth Wall Ventures.

Enfin M. Rean, quels sont les apprentissages faits sur le marché à travers les différentes éditions ?

L’édition de New York du MIPIM PropTech nous a montré qu’il y avait un vrai besoin de rencontres et de dialogue entre le monde de l’immobilier et celui de la technologie et que c’est ensemble qu’ils pourront construire la ville de demain. Nous avons reçu un accueil très positif de la part du monde de l’immobilier et de la technologie, aussi bien pour l’édition de New York que celle de Paris, et nous sommes très heureux de la participation de Stonup à cette première édition.

Retrouvez-notre équipe au MIPIM PROPTECH EUROPE !

Stonup présent au MIPIM Proptech

Préparer l'avenir de l'immobilier

À l'occaison du MIPIM Proptech Europe, nous avons échangé avec Filippo Rean - Directeur de la division Immobilier de Reed MIDEM, pour évoquer l’avenir du salon et du secteur immobilier