11-12 octobre dernier, Stonup a participé au Coliving Summit organisé par nos amis de Co-Liv (ex. Pure House Lab) où notre collaboratrice Virginia a eu le plaisir d’ouvrir l’événement avec son keynote « Anatomy of Coliving ».

Vous avez raté le Summit ?

Cliquez sur l’image ci dessous pour récupérer les slides du keynote Stonup.

Nous avons consolidé pour vous les trois points à retenir de l’événement Coliving Summit :

1/ L’écosystème est en train d’exploser :

il existe une myriade de nouveaux acteurs qui ce lancent dans le monde du coliving, parmi eux nous avons échangé avec certains opérateurs qui testent le concept en France et ailleurs (CoLive en Suède, le promoteur BKO au Brazil, My Name is Bernard à Lille, B-Hive Living au UK et Portugal) des professionnels de l’hospitality et du bien être, designers et architectes qui proposent des solutions spécifiques au coliving (Anton&Irene, l’architecte de WeLive 2.0 Hollwich Kushner) investisseurs en projets à impact social, un producteur de cuisines innovant qui travaille sur un projet secret….

Le coliving ce n’est plus que un sujet de niche !

2/ Le marché actuel représente que la pointe de l’iceberg :

la notion que le coliving adresse uniquement les « digital nomads » est fausse (connaissez vous l’étude de Homy ?). Dans notre dernier article sur le sujet nous avons exposé notre segmentation du marché existant par types de cibles adressées et positionnement marketing, ainsi que donné des insights sur l’âge et situation démographique des colocataires d’aujourd’hui (les colivers de demain !).

Depuis quelques années de son existence, le coliving «contemporain » est passé d’être une solution d’économisation et networking pour les startappeurs à une véritable solution de logement a moyen terme pour les salariés. Dans les prochains années nous prévoyons le développement d’offres adressés à tous types de populations (familles, professionnels seniors, personnes en situation d’handicap…), pour des séjours aussi de longue durée et dans des immeubles de plus en plus hybrides (coliving + coworking + se divertir + se soigner…).

Le champ d’action de ceux qui s’investissent dans le domaine est destiné à se complexifier !

3/ Il faut savoir prendre le risque de tester et itérer :

comme pour tous les nouveaux produits, se lancer en coliving implique l’adoption d’une démarche empirique sur l’ensemble des hypothèses qui concernent le montage et l’exploitation du projet. Réfléchir à des nouveaux ratios d’espace, prévoir une couche servicielle inédite, trouver des solutions par fois articulées au niveau juridique, et surtout être capable d’apprendre et s’améliorer… Même les grands du coliving réajustent leur trajectoire site après site (WeLive 2.0, les chambres chez The Collective passent de 8m2 à 16 m2) !