Qu’est ce que Whoomies?

“En quelques mots Whoomies est la première application de matching dédiée à la colocation à travers un algorithme qui va permettre de matcher des personnes en fonction de leurs besoins (durée d’emménagement, budget etc) mais également de les définir en tant que personne avec des mots clés concernant leurs hobbies, leurs habitudes alimentaires etc. […] On va donc proposer des profils pertinents et compatibles.”

Aujourd’hui comment vous situez-vous par rapport aux outils existants?

“On est au carrefour entre les plateformes orientées immobilier, axées sur le besoin de la recherche de logement, et l’aspect plus social comme avec les réseaux sociaux. On a décidé de combiner, au sein d’une même application, la recherche immobilière et l’interaction entre les personnes.”

Comment s’articule l’application?

“On a vraiment voulu axer sur l’expérience utilisateur pour que ce soit le plus simple, le plus fluide et le plus ludique possible. Dès l’inscription on a un chatbot qui pose des questions à l’utilisateur pour définir ses besoins et qui il est en tant que personne, puis on arrive sur une interface comme sur une application de rencontre à la tinder. On va alors proposer du matching entre personnes, que ce soit pour les personnes qui proposent un bien ou celles qui en recherchent.”

Où en êtes-vous dans votre développement?

“L’application est disponible depuis septembre 2017 à Paris et à Londres […] et depuis le mois de mars dans 25 grandes villes en France. Nous avons plus de 30000 utilisateurs sur l’applications et plus de 6000 annonces disponibles.”

Vous êtes partis sur 2 marchés connus comme très tendus, Paris et Londres, pourquoi?

“Londres a été stratégique car le Royaume Unis représente à lui seul 50% du marché de la colocation en Europe,et 40% du parc locatif à Londres est constitué de biens en colocation contre seulement 7 à 8% à Paris […]. Ces 2 marchés  sont structurés très différemment, de part les réglementations déjà qui sont beaucoup plus flexibles au RU et de part le déséquilibre des loyers aussi. A Paris, on est à 680€ en moyenne par mois, à Londres on est à 770£ par semaine.”

Comment faites-vous pour gagner de l’argent?

“L’application est totalement gratuite depuis le lancement pour les colocataires qui recherchent des biens. […] Après on va mettre en place des services pour faciliter la gestion quotidienne comme des listes de courses partagée ou de la gestion des tâches ménagères par exemple mais également avec des assurances qui vont nous permettre d’intervenir en tant qu’apporteur d’affaire.”

Quel est l’avantage pour le propriétaire?

“On va lui permettre facilement de rentrer en contact avec des groupes de locataires formés en amont. L’algorithme permet de constituer des colocations pérennes avec une bonne entente donc c’est une tranquilité d’esprit pour le propriétaire. […] Ensuite on va également développer des modules pour faciliter la signature de bail de manière électronique et faciliter tout le processus.”

Avez-vous des contacts avec les grands corporate en France?

“Oui, on avance sur le développement d’une plateforme SAS qui va reposer sur les fondamentaux de Whoomies et que l’on va pouvoir développer avec des grands acteurs comme dans le coliving par exemple. […] On est sur le marché de l’habitat partagé au sens plus large donc on va prendre en compte les résidences étudiantes, les résidences seniors, des résidences de coliving ou encore les campus universitaires. ”

Comment sera Whoomies dans 2-3 ans?

“Dans 2-3 ans, Whoomies sera j’espère la référence de l’habitat partagé, du matching en habitat partagé, de l’accompagnement et de la gestion de ces biens là. […] On est en cours de levée de fonds pour permettre de développer un certain nombre de services et aller plus loin dans l’algorithme pour améliorer tout ce parcours utilisateur, et pour les propriétaires également.”

Comment allez-vous vous intégrer dans le reste de l’écosystème, vis à vis des outils qui font de la recherche de biens par exemple?

“On n’est pas concurrent de ces outils, aujourd’hui on fonctionne comme une marketplace. On travaille d’ailleurs avec l’acteur leader sur le marché, easyroommate. On va référencer leurs biens et leur apporter de la visibilité mobile donc travailler en synergie avec eux.”

Vous êtes en levée de fonds, vous recherchez combien sans indiscrétion?

“On recherche 600000€ d’ici 2-3 mois pour investir sur la technologie, dans l’acquisition également, nous développer sur le marché français et anglais et recruter des nouveaux talents pour développer les parties technologiques importantes.”